La Scène nationale de Besançon a présenté sa nouvelle saison

La nouvelle saison de la Scène nationale de Besançon arbore deux couleurs complémentaires. Une nouvelle programmation pleine de relief...

La nouvelle saison de la Scène nationale de Besançon arbore deux couleurs complémentaires... pour une nouvelle programmation pleine de relief... Photo : Grand Besançon.info

Le bleu et le rouge, sur fond blanc, étaient à l’honneur hier soir lors de la présentation de saison de la nouvelle scène nationale de Besançon. N’y voyez pas là un excès de patriotisme… mais plutôt la volonté de distinguer les deux lieux de la nouvelle scène nationale. Théâtre musical et Théâtre de l’Espace sont en effet à présent réunis en une seule entité pour mieux rayonner sur le territoire bisontin et au-delà.

Le programme de la Scène nationale de Besançon – ce sera désormais son appellation officielle – est fourni avec une paire de lunettes pour contempler la couverture et les photographies sous deux angles. Manière pour Anne Tanguy et son équipe d’affirmer la complémentarité des deux théâtres, comme sont complémentaires les couleurs rouge et bleu.

Ambra Senatore et son spectacle Passo présenté en novembre prochain à Besançon

Ambra Senatore et son spectacle Passo présenté en novembre prochain à Besançon - Photo : Oreste Testa

Artiste en résidence
Pluridisciplinaire, accueillant des artistes émergents ou confirmés en France, la Scène nationale de Besançon se veut aussi ouverte sur d’autres cultures. Ainsi elle accueillera notamment en résidence durant trois années la chorégraphe italienne Ambra Senatore qui proposera deux spectacles en diffusion, d’autres formes en rapport avec la performance ainsi que des actions diverses dans les écoles, et des collaborations avec plusieurs structures francs-comtoises.

Artistes associés
Cette saison la scène nationale initie une collaboration avec Nathalie Pernette. Jean-François Verdier sera lui aussi associé avec l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté. Le directeur musical dirigera notamment l’ensemble à l’occasion de la création d’Orphée et Eurydice en avril prochain. Cette coproduction avec le Théâtre de Limoges, qui sera d’ailleurs chorégraphiée par Nathalie Pernette, est un bon exemple de collaboration interdisciplinaire. Le Chant de la Terre, en juin prochain, devrait constituer un autre temps fort, Jean-François Verdier retrouvant le baryton international Ludovic Tézier, qui était venu interpréter Rigoletto en avril 2011 au Théâtre musical.
La troisième artiste associée, Sandrine Anglade, proposera quant à elle une réflexion sur la manière dont musique et texte peuvent cohabiter sur l’espace scénique. On retrouvera la metteuse en scène dès octobre avec Le Roi du bois, un « opéra parlé » de Pierre Michon sur une musique originale de Michèle Reverdy.

Nathalie Pernette est l'une des artistes associés de la nouvelle Scène nationale de Besançon

Nathalie Pernette est l'une des artistes associées de la nouvelle Scène nationale de Besançon - Photo : Stephan Girard

Six axes de réflexion
Pour sa première saison en tant que directrice, Anne Tanguy a souhaité développer certaines thématiques, que les spectacles proposés pourront aborder. Le mois d’octobre reprendra d’ailleurs, condensées en quelques spectacles, ces différentes pistes de réflexion. Comment crée-t-on aujourd’hui ? Comment peut-on réentendre le répertoire, qu’il s’agisse de danse, de théâtre ou de musique ? Comment également s’emparer d’un répertoire et s’en inspirer ? La scène nationale souhaite donner à voir des formes croisées, que ce soit du théâtre musical ou de l’art lyrique. Les rapports entre musique et danse seront également explorés. Enfin une dernière dimension importante est celle de la présence de la scène nationale sur son territoire, à travers  de nombreux partenariats bisontins – Rodia, CDN… – et au-delà – Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort, Scènes du Jura… -.

Un ancien du Cirque Plume sera de retour à Besançon en novembre avec Lang Tôi, mon village

Un ancien du Cirque Plume sera de retour à Besançon en novembre avec Làng Tôi, mon village - Photo : Anh Phuong Nguyen

Une nouvelle saison qui s’annonce donc éclectique comme doit l’être une scène nationale, avec des spectacles sortant parfois des sentiers battus. Le Sacre du Printemps proposé fin octobre, invitera ainsi le spectateur à venir exécuter lui-même la chorégraphie imaginée par Pina Bausch, muni d’un casque audio – aucune connaissance préalable en danse n’est requise ! – tandis que Nhat Ly Nguyen, un ancien du Cirque Plume, reviendra dans la capitale comtoise présenter son cirque musical Làng Tôi, mon village. Le ciné-concert fera son retour également cette saison avec notamment un King Kong sur une musique de Joachim Latarjet. Musique de chambre, opérette et cirque seront aussi représentés dans cette nouvelle programmation qui s’ouvrira le 2 octobre prochain avec un spectacle de cirque, Le grand C, par la compagnie XY, un grand moment de voltige en perspective.

Article à venir dans le numéro de rentrée du journal DIVERSIONS

www.scenenationaledebesancon.fr

Tags: , , , , ,

Pas encore de commentaires

Répondre